Coronavirus: l’état du monde face à la pandémie du 25 au 31 mai

La semaine qui s’est écoulée a été marquée par de très fortes hausses des contaminations en Amérique latine, mais aussi en Inde. Le Brésil et les États-Unis sont les deux pays qui ont enregistré le plus de cas cette semaine. La pandémie recule en revanche en Europe, qui poursuit son déconfinement. Le nombre de cas confirmés dans le monde a dépassé cette semaine les 6 millions, pour près de 370 000 morts.

Les régions où la pandémie recule

En Europe, les chiffres de contaminations et les admissions en réanimation sont en baisse. Ce qui permet à certains pays de revenir peu à peu à une situation « normale ».

En France, « l’épidémie recule, la liberté revient » a assuré le Premier ministre Édouard Philippe ce jeudi. Dans les faits, les bars et les restaurants pourront rouvrir ce mardi 2 juin (avec distanciation sociale et des tables de 10 personnes maximum). Tous les départements sont désormais classés verts, hormis ceux d’Île-de-France, la Guyane et Mayotte. Dans ces trois régions, bars et restaurants ne pourront ouvrir qu’en terrasse. Les musées et monuments pourront à nouveau accueillir du public (avec port du masque obligatoire) et la limitation des déplacements à 100 kilomètres s’arrête aussi (toujours à la même date). Les parcs ont eux rouvert ce samedi.

L’Italie, l’un des pays au monde les plus touchés par la pandémie, va elle rouvrir ses frontières. Dès le 3 juin, les touristes européens pourront revenir à Rome ou à Florence, où tout est prêt pour accueillir à nouveau des visiteurs. Sans quarantaine ! De quoi relancer une économie asphyxiée après 70 jours de confinement. La Tour de Pise a elle déjà rouvert ses portes. Les Italiens seront également autorisés à circuler sans restriction à travers le pays, toujours à partir du 3 juin.

L’Espagne aussi reprend vie : après l’un des confinements les plus stricts au monde, la capitale Madrid a permis la réouverture des terrasses des cafés, restaurants et espaces verts. Les plages du pays sont elles aussi à nouveau accessibles. Le gouvernement espagnol a par ailleurs approuvé la création d’un revenu minimum vital pour lutter contre la pauvreté, encore aggravée par la crise du coronavirus, et qui a fait exploser la demande d’aide alimentaire. L’Espagne a également débuté un deuil national de 10 jours mercredi 27 mai, en hommage aux 27 000 victimes de l’épidémie. Du jamais vu depuis le rétablissement de la démocratie en 1977.

Les championnats de foot reprennent eux un peu partout : la Premier League, le championnat anglais, redémarrera le 17 juin. La Série A italienne reprendra trois jours plus tard, tandis que la Liga espagnole retrouvera le chemin des pelouses le 11 juin. La Ligue 1 française, à l’arrêt depuis le mois de mars, ne reprendra pas cette saison a réaffirmé jeudi le Premier ministre (confirmant l’annulation décidée le 30 avril).

Là, sur les dernières semaines, il y a plusieurs pays très peuplés qui ont nettement une augmentation de cas…

Pierre Tattevin, président de la SPILF, la Société de pathologie infectieuse de langue française.

Aram Mbengue

En Asie, la pandémie recule, mais certains pays craignent une seconde vague et prennent des mesures de reconfinement

En Chine, les expatriés européens sont de retour ! Pour la première fois depuis deux mois, un avion transportant des Européens (surtout des Allemands) s’est posé près de Pékin. Il s’agit principalement de dirigeants et d’employés qui travaillent en Chine, et de leurs familles. L’un d’eux a d’ailleurs été testé positif (asymptomatique) à sa descente de l’avion. Le pays avait fermé ses frontières fin mars à tous les non-ressortissants. Seulement deux nouveaux cas ont été déclarés ce dimanche dans le pays (le tout premier touché par le coronavirus).

L’Asie se déconfine, comme au Japon, qui a levé l’état d’urgence lundi dernier. Mais l’Asie se reconfine aussi. La Corée du Sud a limité le nombre d’élèves en classe dans la région de Séoul, et des règles de restrictions récemment levées ont été rétablies après la détection de 79 nouveaux cas jeudi. Soit la plus forte hausse connue dans le pays en près de deux mois. Le Sri Lanka a lui aussi réactivé des mesures ciblées de confinement ce dimanche, après avoir enregistré sa hausse la plus importante de nouveaux cas quotidiens. En cause notamment : un immense rassemblement à Colombo pour l’enterrement d’un ancien ministre ce samedi.

Au Moyen-Orient, le déconfinement se poursuit. En Iran, pays de la région le plus touché (380 nouveaux morts cette semaine, 7 797 au total, mais tendance à la baisse) les restaurants ont rouvert. Le nombre de cas est lui stabilisé (15 000 nouvelles contaminations cette semaine, comme celle passée). À noter également ce mardi la réouverture de la basilique de la Nativité à Bethléem (Cisjordanie occupée). L’Arabie saoudite a elle rouvert les mosquées ce dimanche 31 mai, et a annoncé une levée du couvre-feu à partir du 21 juin (hormis à La Mecque).

Les régions où la pandémie progresse

Le Brésil, considéré comme nouvel épicentre de la pandémie, a dépassé l’Espagne et la France en nombre de victimes et devient le quatrième pays mondial le plus endeuillé par le Covid-19. L’État sud-américain est aussi le deuxième de la planète en nombre de contaminations (plus de 150 000 nouveaux cas cette semaine, pour un total qui avoisine les 500 000). Les chiffres officiels pourraient être quinze fois inférieurs à la réalité estiment les scientifiques, car les tests ne sont pas réalisés de manière massive. La tension politique est également à son paroxysme : deux ministres de la Santé ont démissionné en moins d’un mois. Par ailleurs, les gouverneurs régionaux sont en faveur de mesures de confinement, contrairement au président d’extrême-droite Jair Bolsonaro, qui les considère désastreuses pour l’économie du pays. Grand pourfendeur des règles de restrictions, le chef de l’État brésilien voudrait aussi voir les championnats de football reprendre dans son pays. « Les joueurs sont jeunes et sportifs, le risque qu’ils décèdent du Covid-19 est infime », a-t-il déclaré.

D’autres États d’Amérique latine sont également très touchés, comme le Pérou. Le pays andin est le deuxième de la région en nombre de contaminations (155 671) et a battu quotidiennement des records de nouveaux cas cette semaine. L’épidémie « s’accélère » aussi au Chili, estime l’Organisation mondiale de la santé (plus de 94 000 cas au total). La capitale Santiago concentre 80% des contaminations. Enfin, un peu comme au Brésil, les gouverneurs régionaux et le président de la Bolivie ne sont pas d’accord sur les restrictions à appliquer. Quatre régions, dont Santa Cruz de la Sierra (la plus touchée par le coronavirus) ont annoncé qu’elles allaient étendre les mesures de confinement. Une décision totalement contraire à celle de l’exécutif, qui voulait à partir de lundi lever une partie des règles en vigueur depuis mars pour relancer l’économie du pays.

L’Inde connaît également une très forte poussée du nombre de cas déclarés (plus de 50 000 nouvelles contaminations cette semaine, 183 000 au total). La deuxième population mondiale est désormais le neuvième pays au monde le plus touché. L’Inde a pourtant annoncé un assouplissement du confinement : à partir du 8 juin, édifices religieux, hôtels, restaurants et centres commerciaux pourront rouvrir.

Record en Russie : le pays a enregistré ce vendredi 232 décès supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres officiels. Du jamais vu depuis l’apparition du virus. Le principal foyer épidémique est la capitale Moscou, qui a publié ses statistiques de mortalité du mois d’avril pour répondre aux soupçons de manipulation. Si le nombre de cas semble s’être stabilisé en Russie (plus de 61 000 nouvelles contaminations cette semaine, contre 62 000 la précédente), le nombre de morts est lui en nette augmentation : plus de 1 150 décès cette semaine (contre 910 celle passée). Pourtant, les autorités russes ont estimé mardi dernier que le pic épidémique était désormais « passé ».

En Haïti, le bilan des contaminations croît quotidiennement. Difficile d’évaluer l’ampleur de l’épidémie car peu de tests sont réalisés, mais les statistiques proposées par les autorités sanitaires confirment une accélération de la propagation. Une expansion difficile à endiguer, car peu de malades se protègent et certains Haïtiens refusent de croire à l’existence du virus.

L’info santé à retenir

Les États-Unis vont mettre fin à leur relation avec l’Organisation mondiale de la santé, a confirmé le président américain Donald Trump vendredi. « Nous allons rediriger ces fonds vers d’autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent », a-t-il déclaré. Il accuse l’agence onusienne de se montrer trop indulgente avec Pékin depuis le début de la pandémie.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, ont « exhorté » les USA « à reconsidérer leur décision ».

Donald Trump a par ailleurs annoncé le report du sommet du G7, prévu en juin aux États-Unis. Il souhaitait que la réunion des chefs d’États ait lieu à la Maison Blanche, mais la chancelière allemande Angela Merkel avait décliné. Les États-Unis restent largement le premier pays au monde en terme de contaminations et de décès (1 770 000 pour 103 700, chiffres provisoires).

D’autre part, la lutte pour trouver un vaccin fait rage. Si la chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine (bannies par la France, suspendues par l’OMS) n’en finissent plus de susciter la controverse, de nouvelles molécules pourraient faire leur apparition. Comme l’anakinra, ce médicament contre les maladies rhumatismales, qui donne des résultats « encourageants » pour les formes graves de Covid-19, estime une étude française, parue dans la revue spécialisée The Lancet Rheumatology. L’anakinra réduirait le risque de décès mais aussi le besoin d’être placé sous respirateur en réanimation.
La Chine annonce elle être en mesure de mettre sur le marché un vaccin d’ici la fin de l’année. Cinq prototypes sont actuellement à l’étude, testés sur plus de 2 000 personnes dans le cadre d’essais cliniques. Un organe gouvernemental chinois a annoncé ce 29 mai sur le réseau social chinois WeChat que le vaccin pourrait être commercialisé fin 2020 ou début 2021.

L’info insolite

Le RB Salzbourg a remporté la Coupe d’Autriche vendredi, en battant l’Austria Lustenau 5-0 en finale. Mais au-delà du résultat, c’est surtout la remise du trophée qui a fait jaser. Les joueurs étaient en effet soumis à un protocole très strict, et ont dû célébrer leur victoire en respectant la distanciation sociale, devant un stade vide. Ce qui a donné lieu à une scène pour le moins atypique.
Des Autrichiens décidément inventifs, puisque des musiciens classiques ont eux donné un concert dans la cour d’un hôtel viennois, devant des spectateurs aux fenêtres d’une quarantaine de chambres de l’établissement. Une représentation à guichets fermés, en respectant les gestes barrières. Le pays, malgré une réouverture des commerces mi-avril, n’a pas connu de deuxième vague de contaminations. Le gouvernement ressort de cette crise renforcé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.